A la croisée des chemins....

M. Rolland ARNAUD

M. Rolland ARNAUD

            Le Mot du Président,

 

           Nous y voilà ! La loi NOTRE, votée fin juillet après de nombreuses tergiversations, fixe les contours d'un aménagement global du territoire incluant le "renforcement" des Communautés de Communes. Par "renforcement" j'entends à la fois le seuil minimal de population (5 000 habitants dans les zones rurales) et les nouvelles compétences obligatoires à intégrer d'ici 2020. Parmi celles-ci, le Tourisme, l'Eau et l'Assainissement (sujet bien complexe) ainsi que l'ensemble des zones d'activités. La loi a en même temps, fixé le calendrier, précisons que des propositions doivent être faites à la CDCI (Commission Départementale de Coopération Intercommunale) pour le 30 octobre de cette année et que les préfets valideront ou trancheront au plus tard le 31 mars 2016, pour un effet définitif au 1 janvier 2017 !

Sur le sujet depuis plus d'un an, j'ai rencontré l'ensemble de mes collègues du secteur et, alors que le texte de loi proposait un seuil de 15 000 habitants et que la Préfecture nous positionnait dans une grande Communauté autour du Lac avec Embrun, Savines et quelques autres communes dont Chorges, les membres du Conseil Communautaire (avec toutefois des avis nuancés, certains souhaitant rester seuls, d'autres avec des choix différents) s'orientaient plutôt (sans vote !) vers Tallard-Barcilonnette. Le Projet, base de cette réflexion s'installant dans un bassin de vie, s'axait sur le développement économique (Zônes d'Activités) et touristique (3 lacs). La Préfecture comprenait notre logique.

Le texte définitif de la loi (seuil de 5 000 habitants, même si la Préfecture tend à imposer 7 500) nous laisse orphelins de notre démarche. En même temps, compte tenu de notre population (2 385 habitants), nous avons l'obligation de nous regrouper, ce qui n'est plus forcément le cas de nos voisins !

Prenons notre avenir en mains....Nous ne pouvons pas nous résoudre pour autant à une forme de fatalité. Il nous appartient, tant que cela est encore possible, de réagir, d'avancer sur cette réflexion pour proposer une orientation que nous aurons voulue et partagée, afin de ne pas subir ce que nous n'aurions pas souhaité. Par la suite, nos déceptions, nos protestations, nos râles seraient devenus vains et inutiles.

Il est donc urgent, vital que, par la voix des élus, les Communes de notre communauté s'engagent fermement sur le choix d'un avenir collectif, "Notre Avenir" basé sur un projet commun dans le cadre d'un bassin de vie cohérent. Je reste, pour ma part, persuadé que cet avenir, nous devons le dessiner et le construire ensemble, collégialement et collectivement dans le cadre de notre communauté actuelle (tel qu'il a été précisé plus haut !). Nous pourrons alors le faire accepter dans une structure élargie. En effet, les profondes mutations que nous connaissons aujourd'hui (fusion de communes, cantons redécoupés, regroupement de Com/Com, redécoupages territoriaux, avenir incertain des départements, et toutes les compétences redistribuées !) s'imposent à nous, que nous soyons d'accord ou pas ! Il nous appartient donc de les intégrer dans notre démarche pour forger un avenir à notre territoire actuel et inscrire cet avenir dans un territoire élargi, et faire de cet avenir celui que nous avons choisi !

 

Au moment où j'écris ces lignes, les jours de notre Communauté de Communes du Pays de Serre-Ponçon sont comptés. Dans sa forme actuelle, elle aura vécu ! Bien ou Mal, l'histoire le dira ! Faisons ensemble le choix du destin de la prochaine ; faison d'"Elle", collectivement un outil au service des populations.

 

                                                                        Rolland ARNAUD